les toits de Blois et quelques réflexions sur la photographie et la peinture

cliquer pour agrandirVoici ce que j’écrivais en peignant les toits de Blois (cliquer sur la vignette ci-dessus pour l’agrandir).

« Je n’ai pas peur de la photographie. C’est une alliée, une amie, une complice. Peu importe que mon point de départ soit une photographie, le résultat final n’aura dans tous les cas rien à voir avec elle. Quand bien même c’était le cas, mon but est tellement et tout naturellement éloigné de cet acte de ressemblance que la question ne se pose pas. C’est juste un moyen de rester plus longtemps en contemplation, figer l’instant d’observation.  » Note pour le triptyque égal Les toits de Blois 29 mai 2005.

Publicités

Une réflexion sur “les toits de Blois et quelques réflexions sur la photographie et la peinture

  1. Pingback: Le Prophète au palais du Luxembourg « Aquarelles et dessins de Yann André Gourvennec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s