Retour à la case départ

antimuseum.com-montsouris-0428
Ce qu’il y a de bien avec les vacances, c’est qu’on est content quand elles commencent, puis on est aussi content de rentrer ! J’ai pris plus de 1000 photos en 3 semaines en Ariège (et quelques autres endroits) cet été. Elles sont en cours de développement et seront – pour les meilleures – postées ici. Villa Montsouris, Paris, July 2013

Une « villa » à Paris (N&B)

 

antimuseum.com-villahallé-0052

Les provinciaux (pas de racisme, je suis un provincial pur jus) qui débarquent comme moi à Paris sont souvent surpris par le vocabulaire, qui renforce cette impression que « Paris n’est pas la France ». Une « Villa » dans le jargon parisien est une impasse privatisée, souvent du 19ème siècle, ou un ancien programme immobilier dont l’accès est privé. En général, il est difficile d’y rentrer, sauf à être poli et bien élevé ou à profiter de la porte ouverte, c’est selon. Ici, Villa Adrienne à Paris près de Denfert Rochereau. Juillet 2013

Côté Yvelines publie mes photos de St Germain en Laye

J’ai eu la chance et le plaisir d’être interviewé par Olivier Bassine de Côté Yvelines, dont je relaie l’article ci-dessous. Il s’agit d’une brève interview sur St Germain, pourquoi j’aime la ville, quelques points remarquables et des souvenirs de cette superbe ville que j’adore et où j’ai habité – avec quelques interruptions – une quinzaine d’années. J’ai agrémenté l’article de photos originales prises récemment, un des rares jours de cet hiver printanier où la température était juste au-dessus de zéro et les nuages spectaculaires, fournissaient autre chose que du gris sur gris. Côté Yvelines est un nouveau magazine gratuit disponible sur Internet et distribué chez les boulangers et au RER de St Germain (et aussi dans d’autres villes des Yvelines)

par Olivier Bassine de Côté Yvelines

Yann André Gourvennec est un « fan » de Saint-Germain-en-Laye. Vivant aujourd’hui à Paris, il continue de photographier et peindre la ville royale.

On a envie d’y habiter

« Aujourd’hui à Paris, je serais bien resté à Saint-Germain… Cette maison néo-gothique (ci-dessous) date de 1850 et fait partie de ces maisons du XIXe qui semblent redécouvrir le Moyen-Âge. Chaque fois que je rentrais chez moi rue de Tourville, je passais devant. Elle est en mauvais état, les sculptures sont abîmées par la pollution, mais elle est néanmoins très belle et on aurait envie d’y habiter. »

Le maison néo-gothique de la rue de Pontoise. Un riche travail d'orfèvre sur le pourtout de porte.

légende : La maison néo-gothique (1850) de la rue de Pontoise. Un riche travail d’orfèvre sur le pourtout de porte.

Les buvettes parc du château

Une impression de vacances : c’est vraiment sympa quand il commence à faire beau. Il y a des transats et on a l’impression d’être en vacances. Bizarrement, il y a peu de monde l’été.

Les buvettes, sur la Terrasse dans le parc du château : un air de vacances.

légende : Les buvettes, sur la Terrasse dans le parc du château : un air de vacances.

La terrasse Ma balade sportive : Je l’ai découverte en 1984 quand je faisais mon service militaire à Saint-Germain. On nous y emmenait pour faire du sport. Puis, comme je fais du VTT et de la course à pied, j’y passais souvent. Difficile de ne pas l’aimer : il y a de l’herbe et elle est longue (2,5 km).

Un grand classique : la balade de la terrasse.

légende : Un grand classique : la balade de la terrasse.

Les ruelles

Un bon sujet pour photos et aquarelles : C’est marrant, c’est mignon, et c’est typique de Saint-Germain où il y en a beaucoup. C’est en outre un bon sujet d’inspiration pour les photos et les aquarelles (ici, une ruelle qui donne sur la rue au Pain). Je n’ai jamais habité ce genre d’endroit, mais ça me plairait.

Les ruelles, si typiques de Saint-Germain (ici rue au Pain).

légende : les ruelles, si typiques de Saint-Germain (ici rue au Pain).

via Saint-Germain-en-Laye vue par Yann Gourvennec « Article « Côté Yvelines.

sous les ponts de Paris

… sous le Pont de Sully plus précisément, un ouvrage d’une modernité extraordinaire en brique et fonte daté de 1876, soit encore une oeuvre du décrié Baron Haussman que, s’il n’avait existé, nous eussions dû inventer. Toutes les métadonnées y-compris les données EXIF et de géo-localisation disponibles ici.

From 12-abstraction