vieux immeubles se reflétant dans des immeubles modernes

lobuildingdoldnew

Voilà un sujet qui m’obsède pas mal en ce moment, notamment dans mon travail photographique (voir ci-dessous).

C’est un peu comme dans “Mon Oncle” de Jacques Tati, où le cinéaste opposait – de manière assez caricaturale d’ailleurs – le Paris moderne et déshumanisé, propre et sans culture – au Paris crasseux (qui n’a pas complètement disparu d’ailleurs) – mais idiosyncratique, sympathique et bien de chez nous.

Sauf que là, le moderne et l’ancien se mêlent. On peut le déplorer – comme je le lis souvent dans les feuilles de chou du 14ème – ou simplement regarder les réflexions des bâtiments les uns dans les autres, une façon d’accepter le moderne et l’ancien, sans les opposer, en voyant ce qu’il y a de mieux dans les deux.

réflexion d’immeubles à Port Royal

ouvrir l’album artyStuff

la cathédrale de Reims se reflétant dans la médiathèque ultra moderne
j’aime particulièrement les chauve-souris qui sont cachées sur la façade et qu’on voit à deux endroits. Arriverez-vous à les trouver ?
ouvrir l’album artyStuff

la villa Hallé depuis la nouvelle maison du 38bis rue Hallé (acrylique)

draft rue Hallé à l'acryliqueAprès les explications données il y a quelques mois au sujet d’une aquarelle sur la Villa Hallé, cette impasse privée d’un lotissement de 1830 appelé « Village d’Orléans » dont où une nouvelle maison d’architecte vient d’être construite à l’emplacement une ancienne maison, je voulut reprendre ce dessin, pour en donner une version à l’acrylique, qui a l’avantage de présenter des caractéristiques techniques proches de l’aquarelle (dilution à l’eau, possibilité de faire des lavis assez similaires à l’aquarelle) tout en permettant une certaine opacité et une épaisseur proche du travail de la peinture à l’huile.

vignette finale rue HalléAvec l’acrylique, comme l’huile, on peut travailler dans l’humide et dans le sec, ce qui permet des effets différents. Voici 2 étapes de cet acrylique, une première étape en haut à gauche avec un jus assez dilué qui m’a permis d’appliquer les premières couleurs sur quasiment l’ensemble du tableau, puis avec les finitions (à droite) l’étape finale où j’ai pu affiner le jeu des couleurs avec un travail particulièrement minutieux sur les arbres de la villa.

Cliquez sur les vignettes afin de les agrandir.

Paris mode d’emploi – carte postale à l’aquarelle

Paris mode d’emploi - carte postale - Yann Gourvennecdernière en date, une aquarelle miniature, format carte postale, que je montrerai à Aquarella 2007 à Rueil Malmaison le dimanche 09 septembre (voir ici pour les détails de cette manifestation) et qui fait également écho à une autre aquarelle (très grand format celle-là) intitulée St Jacques au réveil et qui sera visible à la mairie du 14ème dans le courant Septembre (détails ici sur la réunion des peintres du 14ème arrondissement de Paris).

Le thème en est à nouveau la proximité des habitats et des vies dans notre grande ville, non pour en dénoncer je ne sais quelle impossibilité à vivre – illusoire et irréelle – qu’on attache souvent à la vie en ville, surtout celle-ci, mais au contraire pour y souligner une certaine poésie de la vie en commun, et sur quelques moments furtifs que nous partageons entre voisins. Une sorte de vie mode d’emploi, un clin d’oeil en quelque sorte à « l’Oulipotien » Georges Pérec qui si longtemps après nous manque encore.

prochaines expositions – Yann Gourvennec

Salon des arts de Paris 14èmeLe salon des arts du 14ème arrondissement de Paris est organisé tous les ans par la Mairie du 14ème. Il aura lieu cette année du 13 au 23 septembre (de 10h00 à 17h00 et 19h00 le jeudi) à la mairie annexe du 14ème arrondissement, 12 rue Durouchoux, M° mouton Duvernet ou Denfert-Rochereau. L’entrée est libre.

Le vernissage de l’exposition est ouvert le mardi 18 septembre 2007 à partir de 18h30 et un cocktail vous sera offert.

Un grand nombre d’artistes vous présenteront leurs oeuvres et vous pourrez notamment y retrouver mon aquarelle Saint-Jacques au réveil, composée expressément pour cette exposition et déjà montrée dans ce blog.

Septembre et Octobre 2007 seront des mois bien actifs en terms d’expositions. Le dimanche 09 septembre aura lieu Aquarella 2007 à Rueil Malmaison où j’aurai un stand, le salon des arts du 13 au 23 septembre, et enfin le week end complet des 06 et 07 octobre, se tiendra le marché de l’art 2007 organisé par le Lions club de Montigny les 3 villages dans la superbe grange de la ferme du Manet sise à Montigny le Bretonneux dans les Yvelines. Venez nombreux ! La grange de la ferme du manet - Montigny le Bretoneux

Et en permanence, n’oublions pas que quelques unes de mes aquarelles sont toujours visibles chez mon ami le fleuriste Charles Bloch de l’arche aux fleurs, 24 rue de la tombe Issoire, 75014 Paris (tél: 01 45 81 01 41)

la villa Hallé depuis la nouvelle maison du 38bis rue Hallé

la villa Hallé depuis la nouvelle maison du 8bis rue Halléet voici la nouvelle aquarelle du quatorzième, annoncée dans le précédent post.

je livre ici – sur la gauche – en brut de fonderie le premier crayonné.

le sujet en est la villa Hallé, prise depuis la fenêtre de la nouvelle maison d’architectes du 38 bis rue Hallé que l’on peut encore visiter.

c’est un petit format (17cm x 12cm pour le dessin uniquement, sur une page de taille standard 18cm x 26cm sur papier Arche grain torchon 100% coton sans acide) destiné à rentrer dans un cadre cartonné existant.

le travail sur l’aquarelle de la villa Hallé petit format 2

(photo de gauche: le travail de précision se fait au pinceau en poil synthétique, moins fort en réserve d’eau que les véritables pinceaux à aquarelle,mais indispensable pour les petites surfaces)

La phase 1 de l’aquarellage de la villa Hallé

voici à droite la première version de l’aquarellage de cette pièce. certains éléments y sont restés en blanc afin d’évaluer ultérieurement les meilleures couleurs à y associer. les éléments très sombres les ombres chinoises (notamment l’arbre sur la droite) qui seront peints à la sépia seront coloriés dans la phase deux. à ce stade, je n’ai pas encore décidé de réhausser ou non certains éléments de l’aquarelle à l’encre de Chine.

le travail sur l’aquarelle de la villa Hallé petit format 1(photo de droite, travail sur les finitions dans une des dernières phases du travail. en dehors du pinceau synthétique pour les détails, j’utilise exclusivement les pinceaux à aquarelle Raphaël et en particulier, pour les grandes et très grandes surfaces, les superbes pinceaux aqualine qui ne font pas mal aux doigts car le bas du pinceau est recouvert de caoutchouc très confortable)

La phase 2 de l’aquarellage de la villa Hallé - petit formatvoici à gauche la deuxième phase de l’aquarellage de la villa Hallé, où les blancs ont été remplis, à quelques exceptions près. on n’a pas encore à ce stade rentré les ombres. j’ai ajouté aussi à ce stade les touffes d’herbe sur le pavé de la villa. l’arbre a été colorié, et j’ai foncé les toits quelques fois en plusieurs couches de peinture. dans ma technique, jamais de mélanges de couleurs sur la palette (c’est un parti pris qui me permet de préserver la pureté des couleurs d’origine. j’utilise peu de teintes différentes, en aquarelles en tube exclusivement, de préférence Lefranc & Bourgeois, quand on arrive encore à les trouver ce qui est rare, sinon Winsor & Newton ou Dailer Rowney et exceptionnellement Van Gogh).

La phase finale de l’aquarellage de la villa Halléet pour finir sur la droite, la troisième et dernière phase de cette aquarelle. dans cette phase, les touches finales sont ajoutées, les couleurs assombries dans les arbres de gauche (afin d’atténuer une tache top claire au milieu) en superposant les couleurs en plusieurs couches. comme je refuse les mélanges sur la palette, toutes les associations se font directement sur la feuille, soit dans l’humide, soit après séchage. en principe, les associations de couleurs se font du clair vers le foncé, ce qui est la méthode classique, mais il m’arrive souvent de faire l’inverse. il m’arrive également d’estomper après séchage. il n’est pas vrai que l’aquarelle n’est pas retouchable. on entend souvent cet argument, mais c’est en effet plus difficile de retoucher la peinture à l’eau que la peinture à huile. il n’est pas vrai non plus de dire que la peinture à l’eau est plus facile. et d’ailleurs cela ne veut rien dire tant il existe de techniques. il m’arrivait souvent – surtout au début de ma pratique – de réhausser les aquarelles à l’encre de Chine, mais je le fais moins ces temps ci. il n’est pas impossible que j’y revienne cependant.

pour consulter mes archives avec les aquarelles plus anciennes, cliquer ici

Saint Jacques au réveil

Saint Jacques au réveilvoici ma toute dernière aquarelle (mais la suivante est déjà bien avancée 😉 ) qui décrit le petit matin dans le quartier Saint-Jacques, où j’habite dans le quatorzième arrondissement de Paris, au bord de Montparnasse et de Denfert-Rochereau.

L’intention ici n’était pas tant de décrire le quartier lui-même que de raconter une histoire sur la vie quotidienne – et non ordinaire – des habitants de ce quartier. Cette image aurait pu être réalisée n’importe où, car dans un sens, elle n’a rien à voir avec Paris. Elle peut parler à quiconque habite dans un endroit où il y a une forte densité de population, à Lille, à Londres, New York ou Hong Kong.

On pourrait penser que c’est vraiment horrible de vivre si près de ses voisins. En fait non, au contraire. Cela vous donne le sentiment de faire partie d’une communauté, et ce sentiment est sans doute très fort ici où l’esprit village prédomine encore tant. Je crois que cette image révèle ce sentiment qui veut que nous soyons très proches – en dépit de nos différences, et même si nous ne nous connaissons pas – et que nous partageons le même espace, allons aux mêmes restaurants, achetons dans les mêmes magasins ; et qu’enfin cela fait que vous vous sentez en réelle harmonie avec votre environnement immédiat. Voilà dans tous les cas ce que j’ai ressenti en concevant cette aquarelle. (cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Terrasse de l’Apollo (aquarelle)

Depuis la terrasse de l’Apollo (aquarelle)

Voici la version aquarellée de la terrasse de l’Apollo que j’avais publié en esquisse sur ce blog il y a quelques jours. Pour ceux qui ne connaîtraient pas l’Apollo, je leur conseille de découvrir ce restau très branché, au décor pop avec un brin de nostalgie pour les enfants des années 70, et une superbe terrasse. La salle est immense et on y anime des soirées musicales.