Réflexions dans une poignée de porte

antimuseum.com-denfert-5422
Les plus âgés se rappelleront une certaine pochette de disque. Ma réflexion sur une vieille poignée de porte près de Denfert Rochereau. Photo manuelle avec mon Nikkor O 35mm f:2

Publicités

Saint Jacques la nuit (version finale)

Saint Jacques La Nuit

Saint Jacques La Nuit

Saint Jacques la nuit, c’est le titre d’une nouvelle aquarelle, qui appartient à une suite dédiée aux toits de Paris en ce quartier Saint Jacques, près de Denfert-Rochereau(*). J’avais promis une meilleure image dans le post précédent, la voici arrivée.

Une vision différente d’une aquarelle déjà traitée sur ce blog intitulée Saint Jacques au réveil et qui en toute logique montrait la vie du quartier un matin.

Dans cette vue, la nuit est tombée sur le boulevard et les immeubles alentour se découpent en ombre chinoise. D’autres série à venir sur ce thème, dans la droite ligne des toits de Blois. Une autre également en préparation sur la base d’un poème du grand poète anglais, John Betjeman.

(*) non, ce n’est pas dans le 13ème, c’est dans le 14ème !

Saint Jacques la nuit – 2 étapes

Uniquement 2 étapes pour cette vue nocturne, ce qui s’explique par le parti pris des 2 teintes majeures en opposition. Mais 2 étapes bien délicates car avec 2 nuances d’indigo opaques sur papier 400gr moulin de Larroque fait main. Ce papier a la particularité de ne pas pouvoir se gommer. Erreurs interdites, aussi bien sur le dessin – réalisé à la mine graphite 2b – que l’aquarell car surtout, il y a impossibilité de revenir en arrière sur les teintes et les mélanges et encore moins les bavures.

Moi qui aime prendre mon temps (il suffit de voir les nombreuses étapes nécessaires à la réalisation des toits de Blois) j’en ai été quitte pour travailler vite et de finir les grandes surfaces avant qu’elles sèchent. Une gageure.

La photo n’est pas fantastique car réalisée avec un téléphone, mais elle est suffisante pour donner une idée de ce à quoi peut ressembler le dessin final. Il faudra attendre le scan pouren avoir une meilleure représentation, plus fidèle.

Yann A Gourvennec
#gourvennec

la villa Hallé depuis la nouvelle maison du 38bis rue Hallé (acrylique)

draft rue Hallé à l'acryliqueAprès les explications données il y a quelques mois au sujet d’une aquarelle sur la Villa Hallé, cette impasse privée d’un lotissement de 1830 appelé « Village d’Orléans » dont où une nouvelle maison d’architecte vient d’être construite à l’emplacement une ancienne maison, je voulut reprendre ce dessin, pour en donner une version à l’acrylique, qui a l’avantage de présenter des caractéristiques techniques proches de l’aquarelle (dilution à l’eau, possibilité de faire des lavis assez similaires à l’aquarelle) tout en permettant une certaine opacité et une épaisseur proche du travail de la peinture à l’huile.

vignette finale rue HalléAvec l’acrylique, comme l’huile, on peut travailler dans l’humide et dans le sec, ce qui permet des effets différents. Voici 2 étapes de cet acrylique, une première étape en haut à gauche avec un jus assez dilué qui m’a permis d’appliquer les premières couleurs sur quasiment l’ensemble du tableau, puis avec les finitions (à droite) l’étape finale où j’ai pu affiner le jeu des couleurs avec un travail particulièrement minutieux sur les arbres de la villa.

Cliquez sur les vignettes afin de les agrandir.